Zone UEMOA : Hausse des principaux indicateurs d’activités économiques en mars 2024

Les prix des principaux produits de base exportés par les pays de l'UEMOA enregistrent une hausse, en lien avec les conditions météorologiques défavorables et les tensions géopolitiques. Les prix des produits alimentaires importés dans la région ont également augmenté en raison d’une baisse de l’offre.

Les prix des principaux produits de base exportés par les pays de l'UEMOA enregistrent une hausse, en glissement mensuel, de 9,1% en février 2024, après une réalisation de +3,2% le mois précédent. Ce renchérissement s’explique par la hausse des cours de certains produits d’origine agricole (cacao : +26,7%, coton : +11,2%, caoutchouc : +8,1%, café : +5,4% et huile de palmiste :+5,4%). Les produits énergétiques connaissent également un rebond, porté par la hausse des prix du pétrole (+3,6%). Par contre, un recul a été relevé au niveau des prix des métaux et minéraux (uranium : -5,0% et zinc : -3,4%), des fertilisants (phosphate : -2,1%) et des métaux précieux (or : -0,5%).

Mauvaise récolte  Selon la note conjecturelle de l’UEMOA, la hausse des cours du cacao est imputable aux mauvaises récoltes en Côte d'Ivoire et au Ghana, affectées par des conditions météorologiques défavorables, ainsi qu'à un important déficit prévu pour la saison 2023/2024, entraînant une réduction de l'offre. Les prix du coton ont augmenté en raison d’une baisse des stocks constitués pour la vente aux États-Unis, ainsi qu'à la faiblesse de la production. Le renchérissement du caoutchouc est lié aux inquiétudes concernant les pénuries causées par l’entrée dans la saison annuelle de changement des feuilles des hévéas et le transfert à grande échelle des cultures de caoutchouc vers d'autres cultures telles que le durian en Inde. Les précipitations inférieures à la moyenne dans les régions productrices de café du Brésil et les inquiétudes concernant les chaînes d'approvisionnement mondiales en raison des attaques des militants houthis contre des navires, ont porté les cours de ce produit. L’augmentation des prix de l’huile de palmiste s’explique par les conditions météorologiques défavorables et la pénurie de main-d'œuvre en Malaisie, principal producteur, ainsi que par les difficultés d'approvisionnement en lien avec la crise en mer Rouge. L’anticipation d’une demande robuste à court terme et à la baisse des stocks au cours des premiers mois de 2024 a renforcé la hausse. Les prix du pétrole ont été stimulés par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient et des signaux positifs dans les indicateurs macroéconomiques, indiquant une amélioration économique en Europe. En revanche, les prix de l'uranium se sont repliés, après que le Gouvernement américain s'est abstenu d'interdire les importations de combustible nucléaire russe, apaisant les craintes en matière d'approvisionnement sur le marché mondial.

À LIRE AUSSI