Pandora Papers : Patrick Achi victime d’un règlement de compte ?

Ce Dimanche 3 Octobre, le consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), basé aux états unis, a rendu publique, une série d’enquêtes sur de supposées malversations financières dont des cas de blanchiment de capitaux et d’évasion fiscale.

Selon ICIJ, ces investigations ont permis de mettre en lumière, des circuits opaques et souterrains que certains acteurs politiques et hommes d’affaires du monde entier utilisaient pour se soustraire aux contrôlent fiscaux dans leur pays, évitant ainsi de payer les taxes dues à l’administration fiscales.

Concernant la Cote D’ivoire, le nom du Premier Ministre Patrick ACHI a été cité dans les enquêtes et révélations du ICIJ, qui semble l’accuser de blanchiment de capitaux et d’évasion fiscale, quand celui-ci était encore consultant indépendant, dans les années 90.

En effet, Patrick ACHI, avant d’être l’homme politique et actuel Premier Ministre de la Cote D’ivoire, a été un brillant consultant il y a 25 ans et possédait un cabinet de renommée internationale qui a conduit plusieurs projets d’envergures aussi bien en Côte d’Ivoire que dans plusieurs pays de l'Afrique de l’ouest, dont le Benin et le Togo.

Au cours de ces 15 années passées dans le privé, Patrick ACHI a eu à gérer les projets majeurs tels que celui de la mise en place du projet AZITO en partenariat avec le ministère de l’Energie de l’époque, en 1998.

Ce projet qui est aujourd’hui un énorme succès en Côte d'Ivoire ainsi que la réforme de la filière cacao qui a été pilotée par son équipe, ont permis à son cabinet de démontrer son savoir-faire et sa compétence dans le domaine ultra concurrentiel des montages financiers et de l’ingénierie financière, qui étaient encore l’apanage des cabinets internationaux européens et américains.

Durant toutes ces années, Patrick ACHI et son équipe basée en Côte D’ivoire, ont fait preuve de la plus grande probité et de transparence dans la conduite des projets et dans la gestion quotidienne de leurs cabinets, qui à ce jour a respecté tous ses engagements contractuels et atteints tous les objectifs assignés.

Les contrats signés avec le ministère de l’Energie de l’époque ont été exécutés conformément aux objectifs assignés et le cabinet s’est acquitté de toutes ses obligations fiscales et contractuelles, conformément aux règles en vigueurs.

Il est indécent de constater que des accusations aussi graves et aussi pernicieuses sur une personnalité, autrefois homme d’affaire mais aujourd’hui Premier Ministre, ne reposent sur aucune preuve concrète et tangible qui pourrait démontrer avec la plus grande clarté, soit l’évasion fiscale soit le blanchiment de capitaux, tel que voudrait le faire croire cette enquête.

Ceci est d'autant plus surprenant qu'il s'agit de rapport d'enquête qui met en cause l'honorabilité et la crédibilité de citoyens, mais bien plus encore de personnalités exerçant des niveaux de responsabilité aussi importants que prestigieux.

Et ceci amène à s’interroger sur les motivations réelles de ces accusations qui tombent à pic pour certains adversaires politiques, au moment même où le débat sur les luttes de positionnement politique, font rages au sein des différents partis politiques du pays, en vue des élections présidentielles de 2025, qui pourraient être marquées par un renouvellement générationnel.

En tout état de cause, s’il y a une seul chose à retenir de ces investigations et de cette enquête de ICIJ, c’est qu’elle jette l’opprobre sur le Premier Ministre Patrick ACHI, alors qu’il s’attelle , loin des joutes politiques et des batailles de positionnement, à remettre la machine économique sur les rails dans un contexte de pandémie liée à la Covid 19, et à assainir l’environnement économique, financier et social, pour dynamiser davantage la Côte d'Ivoire et lui permettre de maintenir sa place de leader dans l'espace UEMOA.

Qu'est ce qui pourrait justifier une telle publication qui intervient 30 ans après les supposés faits, si tant est que la volonté des auteurs n'est de jeter du discrédit sur l'actuel Premier Ministre, avec l'intention inavouée de le livrer à la vindicte populaire.

Avec la série d'audit lancé dans plusieurs secteurs clés de l'administration ivoirienne, l'opération coup de poing contre la corruption et la fraude et bien d'autres initiatives visant à moraliser la vie publique et lutter contre les détournements de deniers publics, en cours sur instruction du Premier Ministre, l'on peut aisément comprendre une volonté des instigateurs de ce rapport tendancieux de détourner les attentions vers tout sauf l'essentiel.

Face à ses accusations infondés et sans fondements, nous sommes tenté de nous interroger : Qui en veut au Premier Ministre Patrick ACHI?

 

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/11/2022
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Pour les humains et pour la planète

La 27ème édition de la Conférence annuelle des Nations unies sur le Climat, la COP27, s'est ouverte il y a quelques jours à Sharm El Sheikh, en Égypte. ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité