Mouna Coulibaly ou la beauté à l’état pur  

Mouna Coulibaly veut faire connaître ses produits hors de la Côte d’Ivoire.

Elle fait partie des rares entrepreneuses qui a été à l’école des cosmétiques naturels. Mouna Coulibaly fait aujourd’hui parler d’elle sur la toile et suscite l’admiration.

Savons aux plantes, sels de bain, bougies de massage, bains de pieds, etc. Bienvenue chez Sub Saharian Bio, probablement l’une des rares structures de cosmétiques sur le sol ivoirien à proposer des soins de beauté 100% naturels. Sa fondatrice, Mouna Van Gils Coulibaly, a trainé sa bosse dans le monde de l'audiovisuel et du cinéma. À l’entendre, c’est lors d’un voyage en Inde qu’elle se découvre des talents cachés dans le domaine très sélectif de la cosmétique. Elle a alors des problèmes cutanés. «  À cette époque, j’étais sujette à un acné sévère, qui avait littéralement brisé ma confiance en moi. Tous les traitements essayés auparavant n’y faisant rien, j’ai profité de ce séjour dans ce pays réputé pour sa science des plantes pour trouver des solutions alternatives naturelles. Cela a été le début de mon immersion dans la cosmétique végétale. Petit à petit, c’est devenu une passion, puis une vocation. En faire mon métier m’est apparu comme une évidence. Je suis donc allée me former aux métiers de la bio cosmétique dans une école en France », relate-t-elle.  

Argile Elle décide de mettre au point tout une gamme de produits de beauté à partir de végétaux et d’argile. Pour cela, elle crée des liens avec des producteurs locaux. Des matières premières comme l’huile de coco ou le beurre de karité sont nécessaires pour ses produits. Ils proviennent de plusieurs villes de l’intérieur du pays, que Mouna n’hésite pas à sillonner. Aujourd’hui, elle a su établir la confiance avec une clientèle fidèle. Sub Saharian Bio a déjà mis sur le marché des cosmétiques naturels pour les soins du visage et du corps. Alors qu’elle a tout lâché pour se consacrer à ce domaine, qui la passionne, Mouna Coulibaly souhaite étendre ses activités et faire connaître sa marque au-delà des frontières de la Côte d’Ivoire.

Raphaël TANOH

À LIRE AUSSI