Pacy Kadio-Morokro : Valoriser le textile africain

Le textile ivoirien offre assez d’opportunités de création d’entreprise. Pour Pacy Kadio-Morokro, il fallait tenter le coup et concrétiser son ambition, créer une marque qui lui ressemble. Ainsi est née Yaleri, une marque de prêt-à-porter alliant tradition et modernité.

Pacy Kadio-Morokro est native d’Abidjan et a eu la chance d’avoir effectué des voyages dans plusieurs pays d’Afrique de l’ouest. Une opportunité influence sa conception esthétique. Fière de son identité africaine, elle décide de créer une entreprise qui lui ressemble. L’entreprenariat, dans ce domaine qui la passionne, prend le dessus sur la carrière de juriste d’entreprise qu’elle entamait. Elle décide de mettre sur pied une marque de prêt-à-porter ivoirienne qui allie tradition et modernisme. Ainsi naît en 2005 Yaleri, qui signifie en sénoufo « ce que l’on met sur soi ». «Je cherchais un nom qui sonnait bien. J’ai proposé plusieurs mots à mon père et à mon neveu et ce dernier a proposé Yaleri. Rentrée en Côte d’Ivoire, j’ai décidé de me faire coudre quelques tenues avec des touches de pagne tissé pour aller au travail», raconte Pacy Kadio-Morokro.

Rêve « J’ai toujours dessiné mes vêtements. J’ai fait faire quelques robes et des hauts en jersey en y ajoutant des bandes de pagne tissé et j’ai commencé à proposer à mon entourage. Je suis devenue entrepreneure à temps plein en 2010 ». Elle propose des articles avec une coupe moderne, du tissé et du pagne. « Je ne me limite pas à l’aspect créatif. Je choisis mes tissus avec beaucoup de soin, la qualité est un impératif et le contrôle qualité une étape très importante. Les finitions doivent sans cesse être améliorées. Nos clients nous félicitent régulièrement à ce sujet. Nous nous engageons à rester constamment dans la recherche de cette excellence», souligne notre entrepreneure. Selon elle, son plus gros défi est de hisser sa marque à un niveau qui n’enviera rien aux marques des créateurs indépendants des grandes capitales. S’il est très important que son entreprise soit pérenne et survive, son rêve est de voir le design africain être reconnu comme un secteur pourvoyeur d’emplois et de développement.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 29/07/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

523 Origin Unreachable

523 Origin Unreachable


cloudflare-nginx