Hausse des taxes : Les PME vers l’informel

Dominant dans l’économie ivoirienne, le secteur informel ivoirien pourrait avoir encore de beaux jours devant lui. Avec l’annexe fiscale 2021, plusieurs PME se sentent traquées par les impôts et pourraient basculer dans l’informel.

La question de la fiscalité préoccupe plus d’un entrepreneur, surtout ceux du secteur des Petites et moyennes entreprises (PME)) de Côte d’Ivoire. Les plaintes se multiplient depuis l’entrée en vigueur, le 8 janvier 2021, de l’annexe fiscale.

Boulet au pied « On a l’impression que les choses ne vont pas dans notre sens, avec ces taxes assez élevées », pense le  Dr  Joseph Boguifo, Directeur général de la  Fédération des PME (FIPME). Pour ce dernier, cette problématique explique en partie pourquoi certaines PME restent désespérément dans l’informel. L’annexe fiscale 2021, élaborée dans un contexte mondial marqué par une crise sanitaire mondiale, compte  33 mesures.  Elle vise ainsi à « améliorer significativement le taux de pression fiscale et à contribuer à la transformation structurelle de l’économie ivoirienne ». Concernant les PME, cette nouvelle loi des finances crée deux nouveaux régimes, le régime de l’entreprenant et le régime micro-entreprise, avec chacun une nouvelle méthode d’imposition. En des termes simples, c’est désormais un pourcentage du chiffre d’affaires qui est réclamé à l’entreprise en termes d’impôts. L’une des particularités de cette annexe fiscale est l’institution de deux nouveaux régimes d’imposition et le réaménagement des régimes réels d’imposition. Ils concernent d’une part des entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires toutes taxes comprises situé entre 5 millions de francs CFA et 200 millions de francs CFA. De l’autre, pour le régime de l’entreprenant, le chiffre d’affaires est compris entre 5 et 50 millions de francs CFA. Pour le régime des micro-entreprises, le chiffre d’affaires est compris entre 50 millions de francs CFA et 200 millions francs CFA.

«  L’annexe fiscale 2021 comporte donc des dispositions qui suppriment certaines exonérations, notamment en matière de taxe sur la valeur ajoutée, d’impôts sur les bénéfices industriels et commerciaux et de contribution des patentes », explique Annick Soko, Directrice du département fiscal du Cabinet Mondon International. Dans ce contexte de la Covid-19 qui a durement secoué le secteur privé en général et les PME en particulier, cette réforme simplifie certes la fiscalité applicable aux PME mais accentue la pression fiscale sur ces entreprises, avec des taux d’imposition allant de 2% à 7% du chiffre d’affaires.

Yvan AFDAL

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 23/09/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité