Front social : Ce que sera 2021

Ce sont eux qui donnent le plus souvent le ton d’une année, paisible ou perturbée. Les enseignants seront scrutés de très près en 2021. Et il y a de quoi se faire du mouron quant à leurs véritables intentions au cours des 12 prochains mois.

Avec de moins en moins de cas, un taux de guérison hallucinant et seulement une centaine de victimes, la Covid-19 n’est plus la terrible pandémie du début, qui effrayait tout le monde. Pour les enseignants, elle ne justifie plus une cessation des hostilités. « Dès janvier 2021, nous allons mobiliser nos membres et préparer une Assemblée générale », annonce un Bertoli Kouamé gonflé à bloc. Dans ce secteur, le porte-parole de la Coalition des syndicats du secteur éducation de Côte d’Ivoire (COSEF-CI) n’est pas le seul à préparer la mobilisation. « Nous avons discuté pendant un an. Et nous pensons que sur certains points nous avons suffisamment attendu », rappelle le porte-parole de l’Intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire (ISEPPCI), Bli Blé David. Que veulent les enseignants ? D’abord pouvoir se loger décemment. Pour cela, ils exigent la revalorisation de l’indemnité de logement, qui tourne entre 40 et 60 000 francs CFA. Ils veulent la faire monter à 120 000 FCFA.

Conciliants La suppression du poste des instituteurs adjoints est aussi l’un des points sur lesquels le gouvernement devra tôt ou tard trancher. « Cela fait partie de nos 5 points de revendication », indique Ako Nomel, ex Secrétaire général de la COSEFCI. Le quatrième point, c’est bien sûr la revalorisation de l’indemnité liée aux examens.

Au niveau du personnel soignant, on est beaucoup plus conciliant cette année. Du moins à entendre Dr Guillaume Esso Akpess, Secrétaire général du Syndicat national des cadres supérieurs de la santé de Côte d’Ivoire (SYNACASS-CI). « Pour le secteur santé, les perspectives pour 2021 concernent la réforme hospitalière. Il s’agit principalement des décrets d’application concernant cette réforme et des primes qu’elle octroie aux personnels de santé. Mais surtout l’arrêté d’application sur les spécialités. Pour les personnels de santé, il est important que les plateaux techniques soient améliorés également. Nous allons aussi mettre l’accent sur la formation de nos camarades en droit médical. Nous demandons en plus de cela que le service juridique du ministère de la Santé soit proactif, pour régler diligemment les problèmes du personnel », note-t-il.

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 25/02/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité