Sommet international 2022 de la FPU : plusieurs dirigeants promettent la paix en Afrique et dans le monde

Dans le cadre du Sommet 2022 et la Conférence des dirigeants de la Fédération pour la paix universelle (FPU), les dirigeants internationaux ont affirmé leur soutien à la consolidation de la paix en Afrique et dans le monde, en particulier dans la péninsule coréenne, le dimanche 11 au 15 août 2022 à l'hôtel Jamsil Lotte à Séoul. La rencontre qui avait pour thème "Vers la paix dans la péninsule coréenne : Vers une culture mondiale de la paix", a rassemblé 350 dirigeants mondiaux des 157 nations ayant des relations diplomatiques avec la Corée du Nord ou la Corée du Sud.

 

Les sessions qui ont abordé le droit universel à la liberté religieuse, ont appelé à une plus grande éducation des jeunes en Afrique, qui émerge comme une puissance mondiale.

Dans son allocution de bienvenue, le président de la FPU, Thomas G. Walsh, a exprimé l'espoir que l'objectif et la vision de la paix dans la péninsule coréenne soient portés à un niveau plus large, et que bientôt "le monde divisé soit réconcilié en une seule humanité et une seule culture mondiale de la paix".

La réconciliation au cœur des préoccupations

En plus d'appeler à la paix, les dirigeants ont exprimé leurs profondes condoléances pour la perte du premier ministre japonais Shinzo Abe. La FPU a à cet effet offert une vidéo et un hommage floral.

Cheikh Mansour Diouf, de la confrérie des Murid à Senega, a exprimé un sentiment important qui a été repris par de nombreux chefs religieux. " Nous sommes censés être frères... Mon grand-père disait que la seule chose dont les gens ne peuvent se passer est la paix. "

La réconciliation coréenne était un thème majeur, en raison de la passion des cofondateurs de la FPU, le révérend Dr Sun Myung Moon et le Dr Hak Ja Han Moon, sont nés dans ce qui est maintenant la Corée du Nord. En 1991, le révérend Moon, anticommuniste, s'est rendu à Pyongyang pour rencontrer le dirigeant communiste nord-coréen Kim Il-sung. Les deux hommes se sont embrassés comme des frères et ont accepté de lancer ensemble divers projets de bonne volonté. Cette unité souligne l'espoir d'apporter la paix aux 80 millions d'habitants de la péninsule coréenne, malgré des décennies de division, a déclaré le Dr Michael Jenkins, président de la FPU internationale.

Des raisons de s’inquiéter

Pourtant, il existe des signes de découragement. Cette année, la Corée du Nord a lancé 31 missiles ; elle menace de mettre fin au moratoire de l'ère Trump sur les lancements d'ICBM et les essais nucléaires, et "ne montre aucun intérêt pour des pourparlers avec Washington", a déclaré l'ancien Premier ministre canadien Stephen Harper.

Dans des remarques vidéo, l'ancien président américain Donald Trump a déclaré que son administration avait travaillé pour d'abord "nous tenir à l'écart de la guerre", puis chercher une percée. Cela a conduit à la stratégie consistant à exercer "la pression la plus forte" sur la Corée du Nord tout en offrant "une sensibilisation et un engagement sans précédent" à la nation.

Croisade pour la paix

Parallèlement à la conférence, la FPU a organisé une délégation d'enquête pour la paix dans la péninsule coréenne avec des officiels américains et des dirigeants sud-coréens. L'un des sujets de conversation était "les plans audacieux pour amener la Corée du Nord à se rapprocher", a déclaré l'ambassadeur Joseph DeTrani, envoyé spécial pour les pourparlers à six avec la RPDC (2003-2006).

"L'idéalisme doit être ancré dans le réalisme", et "le dialogue et la préparation militaire doivent aller de pair", a déclaré l'Amb. Harry Harris, un amiral de la Marine qui a été ambassadeur des États-Unis en Corée du Sud de 2018 à 2021. "Je suis encouragé", a-t-il ajouté, par le fait que le président sud-coréen Suk-yeol Yoon a l'intention "de faire de l'alliance États-Unis-Corée du Sud la pièce maîtresse de sa politique étrangère", car cela signifie un rapprochement avec le Japon ainsi que la préparation. Il faudra "tous les éléments du pouvoir" - diplomatiques, renseignements, militaires, économiques - pour rapprocher la Corée d'une réunification pacifique, a déclaré le général (retraité) Walter Sharp, qui a dirigé les forces américaines, le commandement des Nations unies et le commandement des forces combinées américano-sud-coréennes (2008-2011).

Alexandre Mansourov, professeur adjoint à l'Edmund Walsh School of Foriegn Studies de l'université de Georgetown, a déclaré que le silence de la Corée du Nord sur le dialogue était "inquiétant", mais a salué nos alliances avec les puissances régionales comme étant "solides comme le roc".

Le Dr Subash Kaji Shrestha, secrétaire général adjoint de l'Institut régional asiatique des idées du Juche au Népal, a déclaré que la Corée du Nord cherche une réunification pacifique, mais basée sur l'humanisme universel - et "sans l'ingérence de puissances étrangères."

L'accord de Panmunjom de 2018 visait une réunification sur les principes et l'esprit de "Par notre nation elle-même", a déclaré le Dr Shrestha, mais les relations intercoréennes actuelles sont maintenant "ramenées à l'époque précédant la publication" de cet accord. "Nous qui sommes réunis ici" au sommet de la FPU "devrions faire de notre mieux" pour comprendre la situation, a déclaré le Dr Shrestha, ajoutant que la FPU est "très appréciée pour ses initiatives de paix diplomatiques Track II" dans la péninsule coréenne.

Ange-Stéphanie DJANGONE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 02/12/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

COMMUNIQUE